Nidification des oies 2018 rapport no4, la prédiction

Bonjour à tous et à toutes,

la voici la voilà la fameuse prédiction de M. Gauthier sur le pourcentage d’oies juvéniles à l’automne 2018. Comme indiqué dans le message de M. Gauthier, ce chiffre est une prédiction et le pourcentage réel sera calculé lors de leur passage dans la vallée du Saint-Laurent.

Voici le message de M. Gauthier:

Bonjour,

Voici mon dernier message de la saison sur la reproduction des oies des neiges dans l’Arctique. La saison de terrain 2018 à la station de l’Île Bylot s’est terminée cette semaine avec le retour des dernières équipes. Le baguage des oies a eu lieu du 7 au 14 août. Côté météo, nous avons eu des conditions difficiles pendant le baguage, à l’image du reste de l’été qui a été pluvieux et frais (parfois froid!) là-haut, tout le contraire de l’été dans le sud! Les groupes d’oies étaient aussi assez petits et dispersés sur une grande distance. Malgré tout, notre équipe de vétérans s’en est bien tirée et au final ils ont réussi à baguer 2960 oies, dont 467 femelles adultes avec des colliers, et 52 oisons marqués avec des web-tags à l’éclosion ont été recapturés.

Le rapport jeunes:adultes dans nos captures était de 0.93 (chiffre préliminaire), une valeur sous la moyenne à long-terme. Ce rapport jeunes:adultes permet de prédire un pourcentage de jeunes pour cet automne autour de 17%, soit une valeur plus basse que la moyenne à long-terme (22%) mais proche de ce qui a été observé l’année dernière (20%). Le chiffre de 17% est néanmoins un peu plus élevé que ce que je m’attendais compte tenu de nos observations plus tôt en saison, lesquelles indiquaient un effort de reproduction modérée, une faible taille de ponte et un taux de prédation assez élevé sur les nids.

Évidemment, il s’agit d’une prédiction et il faut se rappeler que l’Île Bylot n’est qu’un des sites de reproduction utilisés par les oies dans le vaste territoire de l’Arctique canadien. Il faudra donc attendre le retour des oies dans le sud d’ici quelques semaines afin de voir si la prédiction s’avère juste.

Bonne fin d’été à tous.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Comme vous pouvez le constater, 17% de juvéniles ce n’est pas énorme, mais c’est très près de la moyenne de 22% calculée depuis les années 90′. Il sera possible de réaliser de belles chasse, car ce pourcentage équivaut à plus de 125 000 oies juvéniles qui ne connaissent pas la chasse 😉 De toute façon, le plaisir de la chasse n’est pas seulement associé à une pile d’oies mortes souvent gaspillées, mais plutôt aux moments passé entre amis aux petites heures du matin. Amusez vous bien lors de vos sorties de chasses et n’oubliez pas de respecter les oies récoltées.

à bientôt,

Benoit

Nidification des oies 2018 rapport no3

Bonjour à tous et à toutes,

voici le troisième rapport de M. Gauthier concernant la nidification des oies en 2018:

Je suis de retour de Bylot depuis une semaine et voici les dernière de la nidification de l’oie des neiges.

A l’image du printemps et du début de l’été là-bas, la météo durant mon séjour a été changeante avec quelques journées ensoleillées mais aussi plusieurs autres nuageuses avec des averses et beaucoup de vent, avec en prime de la neige le 4 juillet. Jusqu’à maintenant, c’est donc un été un peu froid, sous les normales. L’éclosion des jeunes est terminée et notre équipe a pu marquer environ 1700 jeunes au nid, ce qui est très bon compte tenu que la densité de nids dans la colonie est faible cette année.

Tous les indicateurs de production des oies sont sous la moyenne depuis le début de la saison. En effet, outre un effort de reproduction réduit, les dates de ponte sont tardive (au moins 2 jours plus tard que normal), la taille ponte sous la moyenne et la prédation sur les nids assez élevée à cause de l’absence de lemmings cette année, la proie principale des prédateurs comme les renards.

Il appert donc que, globalement, la reproduction des oies est mitigée à l’île Bylot. On s’attend donc d’ores et déjà à une production de jeunes sous la normale cet automne, plus faible que l’année passée.

La dernière étape de la saison sera le baguage des oies, qui commencera dans un peu plus de 2 semaines. Je pourrai vous donner des informations sur cette dernière étape de la nidification des oies au retour de l’équipe à la fin du mois d’août.

Gilles Gauthier
Directeur scientifique, Centre d’études nordiques

cordialement,

Benoit

Nidification des oies 2018 rapport no2

Bonjour à tous et à toutes,

avec un peu de délais, je vous transmets le deuxième rapport sur la nidification des oies dans l’Arctique canadien. C’est M. Gilles Gauthier chercheur à l’Université Laval qui publie ces informations.

voici le rapport complet:

Bonjour,

Voici des dernières nouvelles de la nidification de l’oie des neiges dans l’Arctique.

Au cours des 2 dernières semaines, la fonte de la neige a progressée mais lentement. En effet, le soleil du début de juin a fait place à du temps nuageux, frais et avec de fréquentes averses de pluie et neige.

En dépit d’une météo plus ou moins favorable, la nidification des oies a débuté. Toutefois, le densité de nids dans le secteur central de la colonie que nous suivons est faible comparé aux dernières années. En date d’hier, l’équipe y avait dénombré 111 nids comparé à 190 l’année dernière. Les dates d’initiation de ce premier échantillon est le 14 juin, un peu plus tard que la moyenne à long-terme (12 juin) et la taille de ponte serait de 3.62 œufs, près de la moyenne. Toutefois, le taux de prédation des oeufs est très élevé, avec 45% de ces nids déjà détruits (comparé à 10% à pareille date l’année passée). En fait, plusieurs nids ont été trouvés avec aucun œuf, c’est-à-dire une belle coupole avec du duvet et une empreinte d’œuf mais vide, les œufs ayant été prédatés avant qu’on ait pu les dénombrer. Ce niveau de prédation élevé est vraisemblablement une conséquence de l’absence de lemmings, la proie principale de beaucoup de prédateurs dont le renard, et d’une faible densité de nids dans la colonie.

En résumé, les conditions de reproduction des oies à l’Île Bylot sont jusqu’à maintenant plutôt défavorables et laissent entrevoir une production de jeunes sous la moyenne.

Je quitte mardi pour rejoindre l’équipe sur les terrain, donc mon prochain message sur les conditions de reproduction des oies ira à la fin juillet.

À bientôt,

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

 

L’automne s’en vient 😉

cordialement,

Benoit

Nidification des oies 2018 rapport no1

Bonjour à tous et à toutes,

voici le premier message de M. Gille Gauthier chercheur à l’Université Laval. Il est en charge du suivi de la nidification des oies dans l’Arctique canadien. Trois autres messages seront publiés au courant de l’été afin de nous renseigner sur l’état de la nidification.

Voici le premier:

Bonjour,

Voici les premières informations sur le déroulement de la saison de nidification des oies des neiges à l’Île Bylot. Les premières personnes de mon équipe sont déjà sur place depuis la fin mai.

Comme ce fut le cas au cours des deux  dernières années, la quantité de neige au sol était élevée à l’arrivée. La fonte a maintenant débutée mais en date du 5 juin, la couverture de neige dans notre vallée principale était encore évaluées à 75% alors que la moyenne à long-terme pour cette date est autour de 60%. L’an dernier, à la même date, elle était de 85%.

Les oies ont néanmoins commencé à arriver. En date du 6 juin, ils ont dénombré 416 couples dans la vallée principale, ce qui est près de la moyenne à cette date. Par contre, l’équipe n’a pas encore pu établir le camp secondaire au sein de la colonie d’oies car notre hélicoptère est coincée 700 km plus au sud à cause de la mauvaise météo.

Les premières observations suggèrent aussi que les populations de lemmings sont très faibles, comme ce fut le cas l’an passé.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

à bientôt,

Benoit

Là, c’est débuté pour vrai!

Bonjour,

un petit message pour vous dire que la migration est bien enclenchée sur la rive sud du St-Laurent. Depuis vendredi dernier, des oies arrivent à tous les jours. À certains moment, on dirait qu’il neige des oies :-). Samedi, il était possible d’observer plus de 30 000 sur les battures de Montmagny.

Voici la liste des autres migrateurs:

  • Sarcelle d’hiver
  • Canard branchu
  • Busard St-Martin
  • Pygargue à tête blanche

Les prochaines fin de semaine seront magnifiques pour observer les oies dans notre belle région. N’hésitez pas à me contacter si vous désirez plus de détails. bgendreau@montmagny.com.

De plus, je vous invite à visiter la section de ce site consacré aux sites d’observation de la région. Cliquez ici.

à bientôt,

Benoit

Pas facile la migration printanière 2018!

Bonjour à tous et à toutes,

désolé si j’ai été discret ces derniers jours. C’est simple, la migration est complètement stoppée depuis l’arrivée des températures froides de la fin de samedi dernier suivi d’impressionnant système dépressionnaire. Juste avant l’arrivée de ces conditions, un bon mouvement migratoire c’est enclenché vendredi le 13 avril.  Plus de 10 000 oies ont été observées dans le secteur de Montmagny. D’autres migrateurs comme le canard pilet et la crécerelle d’Amérique ont également été observés pendant cette journée.

Il faut s’encourager avec les températures annoncées à partir de samedi et plus particulièrement lundi et mardi prochains avec des vent sud-ouest. Tout au long de la semaine prochaine, les oies vont arriver en très grand nombre dans l’esturaire du saint-laurent. Le spectacle sera grandiose comme toujours!  

cordialement,

Benoit

Ça s’active, mais….

Bonjour à tous et à toutes,

et oui, la migration a repris du service! Hier, entre 10:30 et 13h, j’étais sur le site de chasse à pointe à Lacaille à Montmagny. Pendant cette période, il est passé plus de 3000 oies en petits groupes en vol vers l’est! Quelques voiliers se sont posées sur les battures dégagées à Montmagny.

Peut-être que certains d’entre vous se demandent ce que ces oies vont manger parce que ici les champs sont encore recouverts de neige à plus de 80%. Principalement, elles vont s’alimenter en bordure du fleuve dans les marais à scirpe. Le scirpe est la nourriture naturelle des oies avant l’arrivée des grandes cultures céréalières. À chaque marée basse, elles vont s’alimenter de scirpe. Leur sortie dans les champs seront de courte duré tant et aussi longtemps que la neige n’aura pas fondu davantage.

Voici d’autres arrivants que j’ai pu observer dans les derniers jours:

  1. Bruant chanteur (11 avril)
  2. Urubu à tête rouge (11 avril)
  3. Grand héron (11 avril)
  4. Pluvier kildir (12 avril)

Et voilà pour les bonnes nouvelles… La mauvaise nouvelle concerne les températures annoncées pour les prochains jours. Une possible tempête de neige est sur le radar pour la nuit de dimanche à lundi… En espérant que la trajectoire bifurque un peu vers le nord et que nous ayons davantage de pluie que de neige!

N’hésitez pas à me faire part de vos observations.

à bientôt,

Benoit, bgendreau@montmagny.com

Mes premières oies!

Bonjour à tous et à toutes,

et oui, j’ai pu observé mes premières oies de la saison dans le secteur de St-Michel! C’est mon garçon de six qui les a repéré en premier. J’étais très heureux de constater qu’il ne s’était pas trompé.

La migration s’est activée depuis mon dernier message. Des rassemblements de plus de 20 000 oies ont été répertoriés dans le secteur de Baie-du-Febvre. Dans notre secteur (Montmagny), les carouges et les quiscales sont omniprésents et les merles commencent à vocaliser. Plusieurs groupes de bernaches sont également présentes.

Après les bonnes nouvelles, voici les mauvaises… Nous sommes présentement sous avertissement de tempête hivernale suivi d’une vague de froid…. La semaine sera tranquille et les déplacements reprendront seulement au courant de la fin de semaine! Faut garder le morale!

à bientôt,

Benoit

au tour de Baie-du-Febvre!

Bon matin,

et oui, c’est au tour de Baie-du-Febvre d’observer son premier vrai rassemblement d’oies de la saison. Hier, un observateur sur ebird a mentionné la présence d’un groupe de plus de 3000 oies. Ce n’est que le début et elles risquent d’être bien présentes dans ce secteur pour le long congé de pâques.

Les prochains jours (jusqu’à samedi) seront également favorables à la migration. Par contre, à partir de dimanche les températures baisses et le mouvement migratoire devrait ralentir. En espérant que cette vague de froid ne soit pas trop longue et qu’elle ne soit pas trop prononcée…

Dans les derniers jours, sur la page Facebook de l’observatoire des oiseaux de Tadoussac, il était possible de voir une photo de la migration nocturne captée par les radars météo. Je vous invite à consulter cette page pour obtenir plus de détails sur ce phénomène.

à bientôt,

Benoit

Premiers arrivants!

Bonjour à tous et à toutes,

j’ai enfin observé mes deux premiers arrivants ailés du printemps! Hier, trois carouges à épaulettes se tenaient le long de la 132 entre Berthier-sur-Mer et St-Vallier et ce midi en quittant Montmagny, un goéland à bec cerclé m’a survolé. Ce n’est pas grand chose, mais c’est un départ.

Les conditions de migration demeurent bonnes pour le reste de la semaine. Il est probable que des oies arrivent en bon nombre dans le secteur de Baie-du-Febvre et peut-être même plus à l’est!

à bientôt,

Benoit