Suivi de nidification 2019: rapport no3, la prédiction!

Bonjour à toutes et à tous,

sur une note positive, voici les dernières nouvelles concernant la reproduction des oies dans l’Arctique. Merci à M. Gilles Gauthier pour ces suivis:

Bonjour,

Voici mon dernier message de la saison sur la reproduction des oies des neiges dans l’Arctique. La saison de terrain 2019 à la station de l’Île Bylot s’est terminée la semaine dernière avec le retour des dernières équipes. Le baguage des oies a eu lieu du 6 au 14 août. Côté météo, nous avons eu des conditions plutôt favorables avec le temps chaud et souvent ensoleillé qui s’est poursuivi en août. Néanmoins, le baguage n’a pas été aussi rondement que prévu pour plusieurs raisons dont la non-disponibilité de l’hélicoptère certaines journées, la grande dispersion des oies en plus petits groupes que d’habitude (rendant difficile leur rassemblement) et le fait que plusieurs oiseaux (jeunes et adultes) volaient déjà au moment du baguage. En effet, la saison hâtive cette année, avec une éclosion presqu’une semaine plus tôt que la normale, a fait en sorte que beaucoup de jeunes provenant des nids initiés tôt en saison volaient déjà au moment du baguage et échappaient donc à la capture.

Malgré tout, notre équipe de vétérans s’en est bien tirée et au final ils ont réussi à baguer 2986 oies, dont 410 femelles adultes avec des colliers, et 47 oisons marqués avec des web-tags à l’éclosion ont été recapturés.

Le rapport jeunes:adultes dans nos captures a varié beaucoup et au final était de 1.20 (chiffre préliminaire, ce qui est très bon. Ce rapport jeunes:adultes permet de prédire un pourcentage de jeunes pour cet automne autour de 27%, soit une valeur plus haute que la moyenne des 20 dernières années (18%). Toutefois, il est possible que ce chiffre soit une sous-estimation et cela ne m’étonnerait pas que le pourcentage de jeunes cet automne soit plus élevé, probablement 30% ou même un peu plus. En effet, les familles nés tôt en saison sont celles qui ont généralement les plus grosses couvées en fin d’été mais comme plusieurs d’entre elles ont échappé au baguage cette année à cause de la nidification hâtive, cela a pu biaiser à la baisse notre rapport jeunes :adultes au baguage.

Évidemment, il s’agit d’une prédiction et il faut se rappeler que l’Île Bylot n’est qu’un des sites de reproduction utilisés par les oies dans le vaste territoire de l’Arctique canadien. Il faudra donc attendre le retour des oies dans le sud d’ici quelques semaines afin de voir si la prédiction s’avère juste.

Bonne fin d’été à tous.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Comme 2019 semble vouloir être un grosse année, j’invite les chasseurs à respecter le gibier et à mettre en valeur toutes les partie de l’oie!

à bientôt,

Benoit

Mauvaise nouvelle pour la chasse printanière à pointe à Lacaille

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous écris ce message pour vous transmettre les dernières nouvelles du projet de gestion intégrée des oies dans la région de Montmagny. Une mauvaise nouvelle m’a été acheminée durant l’été et je devais me faire à l’idée avant de vous en faire part. À la suite d’un vote de non confiance du conseil municipal envers le maire, la ville de Montmagny a décidé de changer de gestionnaire pour la chasse printanière à pointe à Lacaille. Je vous annonce donc qu’il faudra passer par ce nouveau gestionnaire pour chasser sur ce site.

La MRC de Montmagny s’est vue retirer la gestion de ce site malgré les avis contraires du directeur générale adjoint de la MRC, du directeur général et du maire de la ville de Montmagny. Les raisons évoquées sont flues et basées principalement sur des ouï-dire et des rumeurs non fondées. La MRC a toujours cru en mon intégrité et n’endosse en aucun cas les éléments reprochés. Si vous désirez connaître les raisons ou démontrer votre mécontentement, je vous invite à leur en faire part, de façon civilisée, aux adresses suivantes :

  1. Directeur général de la ville : Michaud@ville.montmagny.qc.ca
  2. Mairie : Couture@ville.montmagny.qc.ca
  3. La liste du conseil : https://www.ville.montmagny.qc.ca/fr/ville/vie-democratique/conseil-municipal/

Vous ne pouvez même pas vous imaginez à quel point je suis déçu. Déçu d’avoir perdu mon emploi, bien sûr, mais encore plus déçu de la façon dont toute cette chaîne d’événements s’est orchestrée. Aussi consterné de voir que des personnes malhonnêtes peuvent gagner sans efforts et sans travail la gestion de ce site. Je me réconforte en pensant à cette sage parole : c’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite!

D’un côté un peu plus personnel, je tenais à dire un énorme merci à tous ceux et celles qui ont soutenu ce projet certains même depuis le tout début en 2009. Ce projet aura été une expérience magnifique et j’aurais aimé qu’elle se termine autrement. J’ai toujours mené ce projet de façon intègre et honnête. Ceux et celles qui ont eu l’occasion de travailler avec moi le sauvent pertinemment.

N’hésitez pas à me contacter si vous désirez obtenir d’autres détails ou simplement pour discuter de chasse parce que je suis toujours aussi passionné malgré les embûches. Je vais également faire tout en mon possible pour maintenir le www.migrationdesoies.ca actif.

Petite pensée philosophique : Dans la vie, il y aura toujours d’un côté ceux qui bâtissent, créent et avancent et de l’autre côté, il y a ceux qui ont peur du changement, qui critiquent, détruisent et empêchent les autres de bâtir. Facile de savoir où je me situe…

Merci encore à tous ceux et celles qui ont soutenu ce projet de près ou de loin.

Salutations distinguées,

Benoit Gendreau

Biologiste

Suivi de nidification 2019, rapport no3

Bonjour à tous et à toutes,

voici le troisième rapport de M. Gille Gauthier. Toujours des bonnes nouvelles!

Je suis de retour de Bylot depuis une semaine et voici les dernières nouvelles de la nidification de l’oie des neiges.

A l’image du printemps hâtif et des conditions clémentes de début de saison dont je vous ai fait part lors de mes précédents messages, la météo durant mon séjour a été excellente, avec des températures douces (voire chaudes!) et beaucoup de soleil. Cette bonne météo a persisté jusqu’à l’éclosion des oies, qui s’est étendue cette année du 1 au 10 juillet environ, soit une semaine plus tôt que la normale. Le taux de prédation sur les nids est demeuré très faible à cause d’une abondance de lemmings pour les prédateurs. Ces bonnes conditions climatiques ont aussi certainement aidé pour la survie des jeunes dans les premiers jours qui ont suivi l’éclosion.

Tous les indicateurs de production des oies demeurent donc très bons jusqu’à maintenant avec une phénologie hâtive, une forte densité d’oies dans la colonie, une taille de ponte élevée et un faible taux de prédation. À moins d’une détérioration soudaine des conditions climatiques d’ici à la fin de l’été, on peut donc s’attendre à une forte production de jeunes au retour des oies cet automne.

La dernière étape de la saison sera le baguage des oies, qui commencera dans un peu plus de 2 semaines. Je pourrai vous donner des informations sur cette activité au retour de l’équipe à la fin du mois d’août.

Gilles Gauthier
Directeur scientifique, Centre d’études nordiques

à bientôt,

Benoit

Suivi de nidification 2019 rapport no2

Bonsoir à tous et à toutes,

voici le deuxième rapport sur la nidification des oies sur l’ile billot:

Bonjour,

Voici des dernières nouvelles de la nidification de l’oie des neiges dans l’Arctique.

Les températures douces du mois de mai et du début juin dont j’ai fait mention précédemment ont persisté, ce qui fait en sorte qu’au cours des 2 dernières semaines la fonte de la neige a progressée très rapidement. Il s’agit d’une des fonte de neige les plus hâtives des 20 dernières années à l’Île Bylot.

Les oies sont arrivées assez tôt et en grand nombre. Également, des captures faites en mai au Québec par mon collègue Pierre Legagneux indiquaient que la condition corporelle des oies était très bonne.

La nidification des oies est maintenant bien amorcé et a débuté hâtivement. La densité de nids dans le secteur central de la colonie que nous suivons est au moins comparable aux années passées mais pourrait augmenter encore. En date du 16 juin, l’équipe y avait dénombré 145 nids.

Les dates d’initiation de ponte de ce premier échantillon de nids est le 6 juin, ce qui est similaire à l’année la plus hâtive depuis le début du suivi il y a 30 ans. En effet, la moyenne à long-terme se situe au 12 juin. La taille de ponte moyenne par nid est aussi élevée avec 4.1 œufs alors que la moyenne à long terme est de 3.6 œufs. Le taux de prédation des œufs est faible, avec 6% de ces nids seulement de détruit à la mi-incubation. Ce faible niveau de prédation est vraisemblablement une conséquence d’une forte présence de lemmings, la proie principale de beaucoup de prédateurs dont le renard. De plus, 3 nids de harfangs des neiges ont été déjà recensés sur l’île Bylot.

En résumé, les conditions de reproduction des oies à l’Île Bylot sont jusqu’à maintenant très favorables et laissent entrevoir une forte production de jeunes pour cet automne.

Je quitte lundi pour rejoindre l’équipe sur les terrain, donc mon prochain message sur les conditions de reproduction des oies ira à la fin juillet.

À bientôt,

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

On remercie grandement M. Gauthier pour ces informations.

à bientôt,

Benoit

Rapport no1: suivi nidification 2019

Bonjour à tous et à toutes,

voici le premier rapport d’une série de quatre sur le suivi de la nidification des oies des neiges. Ce message est publié par le chercheur Gilles Gauthier de l’université Laval:

Bonjour,

Voici les premières informations sur le déroulement de la saison de nidification des oies des neiges à l’Île Bylot. Les premières personnes de mon équipe sont déjà sur place depuis la mi-mai.

Le printemps à l’Île Bylot, comme une bonne partie de l’Arctique cette année, est tout à l’opposé de notre printemps et du début d’été dans le sud. En effet, à l’île Bylot on a un des printemps les plus hâtifs depuis que le début de nos suivis il y a 30 ans. Depuis la mi-mai, le temps est chaud et ensoleillé, hormis quelques jours de pluie-neige la semaine dernière.

En date du 5 juin, la couverture de neige pour l’ensemble de la vallée du camp était de 45% contre 75% l’année dernière (la moyenne a long-terme pour cette date est autour de 62%). Nos transects de neige indiquent un épaisseur de neige résiduelle moyenne, en tenant compte des combes à neige, de 3 cm le 8 juin (la moyenne à long-terme pour cette date est environ 20 cm).

Les oies sont arrivées tôt et en grand nombre. Le 2 juin, on comptait 635 couples dans la vallée principale, le nombre le plus élevé observé à cette date depuis 20 ans. Tout indique également que nous avons un pic d’abondance de lemmings cette année.

Notre équipe a pu établir le camp secondaire au site de la colonie d’oies vendredi dernier, donc on devrait avoir des nouvelles de la nidification des oies bientôt. Mais jusqu’à maintenant, cela s’annonce une excellente année pour les oies.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Je m’attendais à quelque chose de positif, mais là ça dépasse mes attentes! La saison est encore jeune, mais les choses regardent vraiment bien. Aujourd’hui, j’ai passé quelques heures à pointe à Lacaille et voici la liste des espèces observées: feuillet ebird. Intéressants de voir la quantité d’oiseaux champêtres.

à bientôt,

Benoit

Enfin, la saison est terminée!

Bonjour à tous et à toutes,

enfin, la saison de chasse à l’oie 2018-2019 est derrière nous! Possiblement l’une des plus difficile depuis de nombreuses années. Pour les chasseurs, les raisons sont toujours nombreuses pour expliquer des succès en dessous de leur attente. La première raison est dû à la reproduction des oies qui a été très faible en 2018. Comme la chasse dépend beaucoup du nombre de jeunes dans la volée (oiseaux plus naïfs), un taux de 4% d’oies juvéniles en 2018 (moyenne à long terme de 22%) n’est pas suffisant pour espérer faire de beaux tableaux de façon régulière. J’ajouterais à cette raison qu’au courant des sept dernières années, le taux d’oies juvéniles dans la volée est en moyenne de 14% soit 8% sous la moyenne à long terme. En conclusion, la chasse à l’oie des neiges est dans une période difficile…

Pour ce qui est de la chasse printanière à Pointe à Lacaille, j’ajouterais le printemps tardif comme deuxième raison pour expliquer la saison difficile. Un printemps tardif ralentie grandement la progression des oies vers l’estuaire. Ce retard fait en sorte qu’une bonne partie du troupeau d’oies colle autour du lac Saint-Pierre. Ces oies ne passent pas par la région de Québec avant de migrer pour l’Arctique. Elles quittent le Centre-du-Québec pour se rendre directement dans le nord. Il y a donc une partie du troupeau que nous ne chassons pas lors d’un printemps tardif. Pour terminer, le vent a été très peu présent. Cet élément climatique est capital pour espérer déjouer quelques oies surtout en l’absence de jeunes.

À quoi s’attendre pour la saison 2019-2020?

De nombreuses personnes affirment déjà que la reproduction sera mauvaise parce que nous avons connu un printemps tardif. Il est important de spécifier que les oies se reproduisent à plus de 4000 km de la vallée du fleuve Saint-Laurent… Si nous avons connu un printemps tardif, le nord du Québec et l’est de l’Arctique ont pour leur part connu un printemps au dessus des normales. Le secteur qui nous intéresse est Pond Inlet qui est le plus gros village près de l’île Bylot (abrite la plus importante colonie d’oies). Depuis plus d’un mois, je regarde quotidiennement les prévisions météorologiques pour ce secteur (c’est maladif mon affaire, je songe a me faire soigner) 😉 . En effet, les températures sont au-dessus des normales depuis plusieurs semaines. Présentement, il y a quelques jours plus froids, mais les températures vont remonter vers la fin de la semaine. Tout ça est très positif pour la reproduction des oies.

Les prochaines semaines seront très importantes. En effet, les oies n’ont que quelques jours pour pondent leurs œufs (entre le 8 et le 12 juin) et espérer avoir un bon succès de reproduction. Si les températures continuent d’être au-dessus des normales, on peut s’attendre à une bonne reproduction. De plus, la santé des oies est excellente, car elles n’ont pas eu à élever une famille ce qui demande beaucoup d’énergie et la plupart n’ont même pas pondu d’œufs à l’été 2018. Autre facteur influençant la reproduction des oies est la quantité de lemming présente dans l’Arctique. Depuis deux ans, les lemmings sont peu nombreux et leur cycle d’abondance est au quatre ans environ. Pour 2019, on peut donc s’attendre à une présence plus importante de ce petit rongeur. Lorsqu’ils sont abondants, les renards arctique les préfèrent et délaissent les œufs d’oies!

Je suis donc très optimiste pour la saison de chasse 2019-2020! De toute façon, à la chasse à l’oie il faut toujours rester optimiste sinon on est mieux de demeurer à la maison! 😉

Dans les prochaines semaines, M. Gilles Gautrier chercheur à l’Université Laval va nous envoyer les comptes rendus de ses équipes qui suivent la reproduction des oies dans l’Arctique. On peut attendre le premier compte rendu d’ici une à deux semaines.

cordialement,

Benoit

Beaucoup d’oies secteur Montmagny

Bonjour à tous et à toutes,

un petit mot pour vous dire qu’il y a un très gros rassemblement d’oies dans le secteur de Montmagny. Il y a facilement plus de 45 000 oies. En après-midi, l’envolée vers les champs est spectaculaire. Elle a lieu entre 12h et 16h, mais sera décalée de 45 minutes par jour suivant la marée. Il est possible d’observer ce spectacle aux étangs d’épuration ou derrière le centre d’achat. Pour les lève tôt, il est possible de les observer dans le secteur du quai. Comme les vents demeurent défavorables à la migration, les oies resteront dans le secteur encore plusieurs jours.

Les activités de chasse à Pointe à Lacaille sont toujours en cours. Les vents nord-est des derniers jours nous ont grandement aidé à obtenir de belles opportunités. Il est évident que la saison 2019 ne passera pas à l’histoire, mais ça on le savait déjà avant de commencé dû au faible taux de reproduction! La chasse à l’oie est un défit et c’est lorsque c’est difficile qu’on apprend plus!

à bientôt,

Benoit

Encore une belle fin de semaine en vue!

Bonjour à tous et à toutes,

hier et aujourd’hui, j’ai visité une partie de la rive sud entre St-Vallier et le refuge d’oiseaux migrateurs de la rivière Trois-Saumons. C’est dans les secteurs de St-Vallier et de Montmagny que les plus grosses concentrations ont été observées. Il est important que les estimés que je fournis dans mes messages sont là pour donner une idée grossière de l’abondance des oies dans ces secteurs. Le nombre d’oies varie grandement dans la journée surtout lorsqu’elles sont parties s’alimenter dans les champs. Voici les détails de mes observations:

  • ROM de St-Vallier: plus de 40 000 oies. Une bonne section de l’anse était complètement blanche comme s’il avait neigé
  • Baie à l’ouest de Berthier-sur-Mer: 10 000 oies
  • secteur de Montmagny: plus de 30 000 oies. plusieurs milliers d’oies se tiennent près des étang d’épuration
  • Cap-Saint-Ignace: 7500 oies dans le secteur de l’anse à Gilles
  • Islet village: 8000 oies
  • ROM de la rivière Trois-Saumons: 10 000 oies

Il est donc encore le temps de se déplacer sur la rive sud pour venir observer les oies ainsi que les autres espèces d’oiseaux.

Bonnes observations et bonne chasse,

Benoit

Beaucoup d’oies sur la rive sud!

Bonjour à tous et à toutes,

Présentement, les oies sont très abondantes sur la rive sud à l’est de la ville de Québec.Le troupeau qui se tient à Montmagny oscille entre 25 000 et 35 000 oies. L’envolée matinale qui se déroule généralement entre 6:00 et 9:00 est toujours impressionnante. Dans le secteur de Montmagny, de nombreuses oies se tiennent aux étangs d’épuration et dans un champ de maïs situé à proximité. Cet endroit est situé dans une zone d’interdiction de chasse ce qui permet de faire de belles observations. Pour connaître les sites d’observation de la région, je vous invite à suivre ce lien: où observer les oies dans la région de Montmagny et comment observer les oies.

La saison de chasse dans le secteur de Pointe à Lacaille est bien entamée. Les résultats ne sont pas énormes pour plusieurs raisons, mais au moins il y a de l’action et des possibilités de récolte à chaque jour.

Bonnes observations et bonne chasse!

Cordialement,

Benoit

Vive la chaleur!

Bonjour à tous et à toutes,

enfin nous avons connu quelques journées de soleil et de chaleur. Dimanche était la journée la plus chaude avec des vents du sud-ouest. Lors de cette journée, je m’attendais à un mouvement important d’oies. Il y a eu un peu de mouvement, mais vraiment de faible intensité. Peut-être devaient-elles se reposer après 48 heures de mauvais temps! Lundi, il faisait plus frais avec un bon vent du nord-est. Un mouvement d’intensité modéré a eu lieu lors de cette journée malgré un vent défavorable.

Les oies sont de plus en plus nombreuse dans les secteurs de l’Isle-aux-Grues et de Montmagny. En fin de journée aujourd’hui, un troupeau de près de 10 000 oies s’alimentaient sur les battures près de Pointe-à-Lacaille. La saison de chasse est maintenant bien entamée et les champs sont complètement dégagés.

Quelques nouvelles espèces: Pic flamboyant, hirondelle bicolore, bruant vespéral, faucon pèlerin.

La migration sera ralentie par le mauvais temps à venir demain et vendredi. En plus des précipitations, les températures seront près du point de congélation. Il faudra donc être patient avant d’observer de nouveaux arrivages d’oies.

à bientôt,

benoit