Nidification des oies 2018 rapport no4, la prédiction

Bonjour à tous et à toutes,

la voici la voilà la fameuse prédiction de M. Gauthier sur le pourcentage d’oies juvéniles à l’automne 2018. Comme indiqué dans le message de M. Gauthier, ce chiffre est une prédiction et le pourcentage réel sera calculé lors de leur passage dans la vallée du Saint-Laurent.

Voici le message de M. Gauthier:

Bonjour,

Voici mon dernier message de la saison sur la reproduction des oies des neiges dans l’Arctique. La saison de terrain 2018 à la station de l’Île Bylot s’est terminée cette semaine avec le retour des dernières équipes. Le baguage des oies a eu lieu du 7 au 14 août. Côté météo, nous avons eu des conditions difficiles pendant le baguage, à l’image du reste de l’été qui a été pluvieux et frais (parfois froid!) là-haut, tout le contraire de l’été dans le sud! Les groupes d’oies étaient aussi assez petits et dispersés sur une grande distance. Malgré tout, notre équipe de vétérans s’en est bien tirée et au final ils ont réussi à baguer 2960 oies, dont 467 femelles adultes avec des colliers, et 52 oisons marqués avec des web-tags à l’éclosion ont été recapturés.

Le rapport jeunes:adultes dans nos captures était de 0.93 (chiffre préliminaire), une valeur sous la moyenne à long-terme. Ce rapport jeunes:adultes permet de prédire un pourcentage de jeunes pour cet automne autour de 17%, soit une valeur plus basse que la moyenne à long-terme (22%) mais proche de ce qui a été observé l’année dernière (20%). Le chiffre de 17% est néanmoins un peu plus élevé que ce que je m’attendais compte tenu de nos observations plus tôt en saison, lesquelles indiquaient un effort de reproduction modérée, une faible taille de ponte et un taux de prédation assez élevé sur les nids.

Évidemment, il s’agit d’une prédiction et il faut se rappeler que l’Île Bylot n’est qu’un des sites de reproduction utilisés par les oies dans le vaste territoire de l’Arctique canadien. Il faudra donc attendre le retour des oies dans le sud d’ici quelques semaines afin de voir si la prédiction s’avère juste.

Bonne fin d’été à tous.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Comme vous pouvez le constater, 17% de juvéniles ce n’est pas énorme, mais c’est très près de la moyenne de 22% calculée depuis les années 90′. Il sera possible de réaliser de belles chasse, car ce pourcentage équivaut à plus de 125 000 oies juvéniles qui ne connaissent pas la chasse 😉 De toute façon, le plaisir de la chasse n’est pas seulement associé à une pile d’oies mortes souvent gaspillées, mais plutôt aux moments passé entre amis aux petites heures du matin. Amusez vous bien lors de vos sorties de chasses et n’oubliez pas de respecter les oies récoltées.

à bientôt,

Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *