L’éclosion s’est bien passée!

Bonjour à tous,

et oui, le mois d’août est à nos portes! Voici le troisième message de M. Gilles Gauthier chercheur à l’université Laval:

Bonjour,

Voici une mise-à-jour de la nidification de l’oie des neiges à l’Île Bylot. Je reviens tout juste d’une séjour de plus de 3 semaines avec l’équipe là-haut.

La météo est cette année particulière dans l’est de l’Arctique canadien avec des systèmes météo qui semblent figés sur place. La moitié sud de la terre de Baffin a, depuis le début juin, des conditions nuageuses, froides et pluvieuses. Iqaluit, par exemple, a un début d’été parmi les plus froids depuis très longtemps (la disparition de la glace de mer a près de 3 semaines de retard). À l’inverse, l’extrême nord de Baffin, dont l’Île Bylot, et les régions plus au nord, jouissent de conditions ensoleillées et de températures et au-dessus des normales de façon presque interrompu depuis la mi-juin. Ainsi, depuis le 30 mai, notre équipe avait enregistré seulement 9 mm de pluie an date du 15 juillet, 2 à 3 fois plus bas que la normale.

La météo est donc très favorable pour les oies jusqu’à maintenant, sauf pour celles qui nichent plus au sud que Bylot. La seule ombre au tableau est que la toundra commençait être assez sèche à mon départ (plusieurs ruisseaux étaient à sec, ce qui est inhabituel), ce qui pourrait affecter négativement la croissance des plantes sur lesquels les jeunes se nourrissent.

L’éclosion des oies est maintenant terminée et notre équipe a pu marquer plus de 2500 jeunes au nid, un nombre élevé, notamment à cause d’une bonne densité d’oiseaux et de la bonne météo. La phénologie de la reproduction des oies est normale cette année, avec le pic de pont survenu le 11-12 juin et le pic d’éclosion le 9 juillet, ce qui correspond aux dates moyennes enregistrées depuis 20 ans. La taille de ponte était de 3.60, légèrement sous la moyenne de 3.71.

L’abondance des lemmings, la proie principale des prédateurs d’oies, a diminué suite au pic de l’année passée. Bien que les lemmings étaient encore abondant dans certains secteurs à la mi-saison, leur déclin semble s’être poursuivi dans d’autres secteurs. Ceci est sans aucun doute du à la forte abondance de prédateurs (surtout les renards) suite à leur excellente reproduction en 2014. Cette abondance, combiné à la tendance au déclin des populations de lemmings, a accentué l’activité des prédateurs dans la colonie d’oies cette année. Néanmoins, à la mi-incubation, près de 84% des nids recensés à la ponte étaient encore actifs, un nombre étonnamment élevé.

Il appert donc que, dans l’ensemble, les indices de reproduction des oies sont assez favorables encore cette année jusqu’à maintenant, du moins à l’île Bylot. On pourrait donc s’attendre à une production de jeunes comparable à celle de l’année passée, en autant que les colonies d’oies plus au sud n’aient pas trop souffert du mauvais temps.

La dernière étape de la saison sera le baguage des oies, qui commencera dans un peu plus de 2 semaines. Je pourrai vous donner des informations sur cette dernière étape de la nidification des oies vers la fin du mois d’août.

Bonne fin d’été!

Gilles Gauthier

Ces dernières nouvelles sont encourageantes pour la saison 2015! On se croise les doigts pour que les températures chaudes se maintiennent. M. Gauthier fera parvenir un dernier message après la période de marquage des oies qui se déroule au début du mois d’août. C’est à ce moment qu’il y va de sa prédiction annuelle.

à bientôt,

Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *