Des nouvelles de l’Arctique!

Bonjour à tous et à toutes,

et oui, les journées ont commencé à raccourcir! C’est un excellent signe que l’automne s’en vient. Désolé de ne pas avoir été présent ces derniers temps… Je me suis promené pas mal pour effectuer différents inventaires ornithologiques (St-Fulgence, Havre-St-Pierre, Fire Lake).

Je vous écris ce message pour vous transmettre les premiers bilans de l’avancement de la nidification des oies dans l’Arctique. La source de ces messages est Dr. Gilles Gauthier du CEN et de L’Université Laval.

Ça augure bien pour cet automne. La prochaine étape critique est l’éclosion des oeufs et les premières semaines de vie des jeunes! À ce moment de l’année, ils sont vulnérables aux mauvaises conditions climatiques (précipitation, vents et température basse). On se croise les doigts.

Voici les messages:

Premier message (9 juin):

Les premières informations reçues aujourd’hui indiquent une accumulation de neige assez faible au cours de l’hiver. La température est présentement douce et la fonte de la neige progresse rapidement. Après deux années de très faible abondance de lemmings, il semble que ces petits rongeurs soient au rendez-vous cette année et très abondants sur l’Île. Cette abondance, ainsi que la présence de nombreux harfangs des neiges qui dépendent des lemmings pour se nourrir, avait aussi été rapportée par une autre équipe présente sur l’Île depuis 3 semaines et qui étudie le renard arctique. Je vous rappelle qu’une forte abondance de lemmings est généralement associée à un faible taux de prédation sur les nids d’oies.

Voici pour les premières observations. D’autres devraient suivre dans les prochains jours.

Deuxième message (19-juin):

Tel que précisé dans mon précédent message, l’accumulation de neige à l’île Bylot a été très faible cet hiver et la fonte a procédé rapidement au début juin, aidé par des températures douces. Ceci contraste avec les dernières années qui avaient été particulièrement enneigées. La fonte a été parmi les 5 années les plus hâtive depuis 20 ans et il faut remonter à 2008 pour une fonte comparable.
Les premiers décomptes d’oies sur les sites d’alimentation à l’arrivée étaient faibles mais ceci est probablement dû au fait que les sites de nidification se sont dégagés tôt avec la fonte hâtive, ce qui a rapidement amené les oies à se disperser sur une plus grande superficie.
La reproduction est bien amorcée et l’effort de reproduction est bon, au moins aussi bon que l’an passé. Présentement, plus de 200 nids sont déjà suivis. La date de ponte médiane, basé sur un premier échantillon de 75 nids, est le 10 juin, ce qui est un peu plus tôt que la moyenne à long-terme (12 juin).
Après 2 années de creux, les lemmings sont abondants cette année et on note une forte nidification par les harfangs des neiges. Généralement, ces conditions sont favorables aux oies en réduisant la prédation sur les nids. D’une part, les renards ayant beaucoup de lemmings pour s’alimenter, ils délaissent en partie les œufs d’oies, et d’autre part beaucoup d’oies nichent au voisinage des nids de harfangs, qui leur offrent une protection en chassant les prédateurs de leur territoire.
En résumé, les conditions de reproduction des oies à l’Île Bylot sont jusqu’à maintenant très favorables pour cette année, mais évidemment la saison de reproduction est encore jeune!

SOURCE:
Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *