Il en reste, mais pour combien de temps….

Bonjour à tous et à toutes,

il reste encore suffisamment d’oies dans le secteur de St-Vallier pour faire de belles chasses et de belles observations, mais pour combien de temps??? Là est la question, car les températures seront froides dans les prochains jours…

Ce matin, j’ai observé un très gros attroupement dans un champ de maïs grain fraîchement coupé. Le seul point négatif est que plusieurs chasseurs à l’approche l’avait déjà dans leur ligne de mire… Il y avait un pick-up rouge (de Montmagny), un cavalier bleu (de Montmagny) et un autre pick-up gris…. Comme je connais la majorité de ces moineaux, ils demandent très rarement les permissions pour chasser…

Il maintenant temps de faire un peu de sensibilisation. Il est vraiment déplorable que ces profiteurs (je n’appelle pas ce genre d’humain un « chasseur », car ils ne le sont pas) détruisent les dernières opportunités de chasse pour récolter que quelques oies et ce, sans demander la permission bien évidement! Tirer sur des oiseaux en alimentation est vraiment lâche et il y a bien d’autres façons de récolter des oies de manière sportive sans posséder 500 full body! Avec les vents qui sévissent aujourd’hui, il serait facile de faire une belle chasse à la passe!

Bref, si vous utilisez cette technique pour chasser les oies, assurez-vous de bien identifier le gibier recherché, de demander la permission au propriétaire et lorsque possible essayer de tirer les oies à la passe plutôt que de tirer dans le tas et de ternir l’image de la chasse en faisant une tonne de blessée! Merci, ça m’a fait du bien d’en parler!

Demain matin, je vais faire une petite tournée dans le secteur de St-Vallier pour voir ce qu’il reste dans les dortoirs.

à bientôt,

Benoit

Une réflexion au sujet de « Il en reste, mais pour combien de temps…. »

  1. Pour chasser il faut bien commencer à quelque part…

    Selon vois on peut pas chasser sur l’eau , on ne peut pas chasser à l’approche… il reste quoi pour le nouveau? C’est pas facile de faire descendre des oies! Quand on commence à caller, on call tout croche (je le sais je suis là!).

    Pour le moment j’ai chassé sur l’eau, on a fait descendre une fois des oies sur nos apellants flottants et une autre fois j’ai fait descendre des outardes (à côté de mes 10 oies blanche j’ai deux outardes… ça a suffit).

    Mais autrement, ce fut à l’approche ou en embuscade (on se cache proche des aires de repos et d’alimentation au fleuve, à l’envol matinal on fait du pass-shooting, pour les canards tu t’assoies dans l’herbes sur le bord du fleuve à marée haute et tu les laisses barbotter jusqu’à ce qu’ils soient devant toi).

    Les autres opportunités de « pass shooting » il n’a pas venté ou presque durant mes sessions de chasses.
    Décorer des champs… quand je suis seul, c’est des heures de travail à monter/démonter pour aucun résultat pour le moment. Tu ne réalises pas nécéssairement tout ce que ça implique « chasser les oiseaux migrateurs » for dummies! Il suffit pas de mettre 50 apellants dans un champs pour tuer ses 20 oies! Ce printemps on a eu une moyenne de 0,5 oies par jour de chasse à 3 si c’est pas moins dans les champs! Là au champs j’ai une grosse moyenne de 0 oies par jour de chasse!

    C’est difficile de tout apprendre, quel direction vont prendre les oies, quels champs elles vont choisir, qu’ont t’elle fait durant la semaine (car je ne suis pas dans le coin la semaine pour les étudier…).

    Bref, moi je suis très d’accord que demander la permission est primordiale, je suis en profond désaccord que de chasser à l’approche n’est pas sportif. C’est beaucoup plus sportif que de déployer 10 000$ de matériel dans un champs avec des calls électronique de grand prix et d’attendre que les oies viennent à nous. C’est dur physiquement, ça demande de la stratégie et c’est difficile.

    Difficile mais plus accessible que de déployer 500+ oies dans un champs. En attendant, des chasseurs il y en a moins en moins. Comme il y en a de moins en moins, on est de moins en moins écouté, compris, on a de moins en moins de poids politique et finalement c’est de moins en moins possible de chasser.

    Le problème peut aussi être vu à l’envers. Si les oies sont si pointilleuse et déserte si vite une zone chassé c’est peut-être parce qu’elle ne sont pas assez généralement chassées. Elles savent qu’elles peuvent trouver la tranquilité et deviennent très très très pointilleuse sur leurs choix de champs et de dortoir. Inversement, si elles étaient beaucoup chassées à l’approche, elles ne passeraient pas une journée complète dans un seul champs, elles voleraient davantages, elles seraient sans doute moins pointilleuse, car elle se sentirait moins en sécurité où que ce soit.

    Le nombre de chasseur aux oiseaux migrateurs est en décroissance, on est passé de 4,1 chasseurs par 1000 habitants en 1998, aujourd’hui on est à 3,7 chasseurs par 1000 habitants. Dans le même temps la population d’oies a explosée.

    Bref, moi j’évite de condamner un mode de chasse…
    On parle même pas des démêlé que j’ai eu avec les chasseurs de chevreuil adjacent aux champs que je chassais qui voulait pas que je m’y installe…

    Rémi qui a tué cet année:
    3 outardes
    2 oies
    4 canards noir
    2 sarcelles
    C’est un début! Faire descendre les oies est un objectif, mais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *