Nouvelles de l’Arctique (rapport no 3)

Bonjour à tous et à toutes,

voici le troisième rapport portant sur la nidification des oies dans l’Arctique. Ce message provient de M. Gilles Gauthier chercheur à l’Université Laval:

Bonjour,
Je suis de retour de l’Île Bylot depuis une dizaine de jours. Je vous ramène donc quelques nouvelles de cette région. Côté météo, nous avons un été à l’opposé de ce que nous connaissons dans le sud du Québec. Jusqu’à maintenant, le ciel nuageux domine avec peu de soleil, de la pluie assez fréquemment et surtout beaucoup de brouillard, ce qui inhabituel à Bylot. La température n’est pas très froide mais très humide.
Tel qu’indiqué dans mon précédent message, l’effort de reproduction des oies est assez bon cette année et la chronologie de la ponte a été légèrement hâtive (2 jours plus tôt que la normale cette année). Toutefois, la prédation sur les œufs, en particulier par les renards, a été forte jusqu’à l’éclosion. Suite à deux années de forte abondance de lemmings (2010 et 2011), leurs populations se sont effondrées cette année et leur densité est très faible. Dans ces conditions, les prédateurs de lemmings comme le renard se tournent alors vers les oies, surtout les œufs et les jeunes. Environ le tiers des nids que nous avons suivi ont été détruit par la prédation avant l’éclosion comparé à moins de 15% l’an passé. On a toutefois déjà connu des années où la pression de prédation tait encore plus forte avec plus de la moitié des nids suivis détruits.
La période d’éclosion des oies en début juillet a coïncidé avec une semaine de beau temps relatif (en fait, une des rares cet été!) ce qui est bénéfique pour les oies, les jeunes étant vulnérable au mauvais temps (pluie, vent et froid) durant leurs premiers jours. On peut néanmoins s’attendre à ce que la pression de prédation par les renards sur les jeunes soit forte et diminue leur survie.
Sur la base de ces observations, il semble donc que la production des oies cette année pourrait être correcte et près de la moyenne mais probablement moins bonne que l’an dernier.
La dernière étape de la saison sera le baguage des oies à la mi-août. Cette activité devrait nous permettre d’avoir une meilleure idée de la production attendue pour cet automne. Je devrais avoir ces informations à la fin août.
Gilles Gauthier Département de biologie & Centre d’études nordiques

La migration automnale est à nos portes!

à bientôt,

Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *