visite éclaire à St-Vallier

Bonjour,

tôt ce matin, j’ai visité le secteur de St-Vallier. Le troupeau d’oies dans ce secteur se maintien autour de 40 000. Vers 6:50, elles commençaient à s’envoler pour leur alimentation matinale au champ.

Pour ce qui est de la baie à l’ouest du village de Berthier-sur-Mer, environ 21 000 oies se reposaient sur l’eau avant leur départ pour les champs.

à bientôt,

Benoit

Plus de 125 000 oies sur la Côte-du-Sud!!

Bonjour à tous et à toutes,

Enfin des températures un peu plus de saison 😉 C’est donc le temps de venir faire votre tour dans notre belle région afin d’y observer les grandes oies des neiges. Avec mes décomptes de ce matin, j’estime qu’il y a plus de 125 000 oies entre les municipalités de St-Vallier et l’islet-sur-Mer. Le nombre d’oies dans les différents dortoirs varie entre 8000 et 37 000. Il y a donc de magnifiques observations à faire. Je vous invite à consulter les sections suivantes du blog:

Voici les détails de mes observations de ce matin:

  • Baie à l’ouest de Berthier-sur-Mer (6:40): 26 000 oies
  • ROM de St-Vallier (6:55): 37 000 oies

Samedi sera sans aucun doute la plus journée de la fin pour observer les oies. De façon générale, les oies quittent les dortoirs tôt le matin (6:40-9:00), y reviennent en milieu de journée (11:00-15:00) et parfois repartent d’alimenter dans les champs en fin de journée. Je vous précise qu’il est interdit de déranger les oies lorsqu’elles se trouvent dans un refuge d’oiseaux migrateurs comme à St-Vallier.

Le pourcentage de jeunes observé au début du mois d’octobre semble se maintenir. Selon mes observations, il doit osciller en 20 et 25 ce qui est nettement supérieur à la prédiction de 15%. Les chasseurs peuvent donc s’en donner à coeur joie tout en étant respectueux des quotas et du gibier récolté en prélevant le maximum de viande sur chaque oiseau. Je vous invite à consulter la section suivante pour bien dépecer, conserver et apprêter votre viande.

Il est important de considérer que mes décomptes sont des estimation. Je n’ai pas le temps d’observer les troupeaux pendant plusieurs heures afin d’avoir un décompte très précis. Par contre, lorsque je parle de 37 000 oies, c’est certains qu’il y en a peut être un peu plus ou moins, mais chose certaine, il n’y en a pas que 5000… Idem lorsque je parle de 7500 oies, il n’y en a pas 40 000 😉

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des commentaires ou des questions.

à bientôt,

Benoit

Beaucoup de mouvements!

Bonsoir à tous et à toutes,

la migration s’est activée depuis les 36 dernières heures. Le changement de température et la chute du thermomètre a poussé plusieurs migrateurs à se déplacer. Hier, les oies ont migré de 9h à 12h ainsi qu’en soirée. Elles se déplaçaient en direction ouest en longeant le fleuve. Il est fort probable qu’il y ait des déplacements cette nuit.

Voici le détail de mes observations du 11-octobre:

  • Montmagny, quai (11:45): 8500oies
  • Cap-St-Ignace, vieux quai (12:15): 18000 oies et une bonne concentration de canards (Canard d’Amérique, souchet, colvert, piles, noir et sarcelle d’hiver)
  • Cap-St-Ignace, est petit cap (12:50): >5000, mais impossible d’avoir une idée précise.
  • Islet (12:45): 8000 oies à l’est du village
  • Archipel de l’Isle-aux-Grues: Une personne m’a mentionnée la présence de plus de 30 000 oies!

Juste dans ce secteur, c’est près de 70 000 oies! J’invite les chasseurs à respecter les propriétés privées. Il est essentiel de toujours demander la permission au propriétaire avant de pratiquer la chasse sur un terrain. Il est également important de respecter les autres chasseurs afin que tout le monde puisse pratiquer la chasse de façon sécuritaire.

Demain, je vais visiter le secteur de St-Vallier. J’ai bien hâte de voir combien d’oies se tiennent dans ce secteur.

à bientôt,

Benoit

Secteur de St-Vallier

Bon matin,

wow! Quelle belle température! J’espère que vous profitez au maximum du soleil. Je sais pas pour vous, mais pour moi les rayons du soleil d’automne sont vraiment bons! Comme si je voulais en emprisonner le maximum pour l’hiver à venir. Peut-être parce que la chasse me permet de passer de belles journées à l’extérieur en d’en profiter.

Ce matin, j’ai visité le secteur de St-Vallier. Voici les détails de mes observations:

  • ROM de St-Vallier: 4500 oies principalement dans le secteur de l’anse Mercier
  • Baie à l’ouest de Berthier-sur-Mer: 17000 oies

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas les principaux secteurs d’observations de la région, je vous invite à cliquez ici.

En fin de semaine, plusieurs personnes vont en profiter pour pratiquer leur activité favorite soit la chasse ou l’observation. J’inviterais les deux groupes à adopter un comportement exemplaire et de faire une grande place pour la tolérance et la compréhension. N’oublier pas que les chasseurs passent une grande partie de leur temps de chasse à « observer » la nature et que les ornithologues passent beaucoup de temps à « chasser » les images 😉 En fait, autant les chasseurs que les observateurs sont des passionnés de nature et veulent sa protection.

à bientôt,

Benoit

Premier portrait dans l’est!

Bonsoir à tous et à toutes,

enfin ma première vraie tournée d’observation d’oies pour l’automne 2017! J’ai visité la région allant de Montmagny jusqu’au refuge d’oiseaux migrateurs de la rivière Trois-Saumons. J’ai pu observé quelques belles concentrations d’oies. Par la même occasion, j’ai porté une attention particulière à la présence d’oies juvénile! À ma grande surprise, j’ai constaté que certains groupes d’oies contenaient une bonne quantité de jeunes oies. Il est encore trop tôt pour avoir une idée d’ensemble, mais je crois bien que 2017 risque d’être au-dessus des prédictions de 15% 😉

Voici les détails de mes observations:

  • Montmagny quai (13:25): 12 000 oies
  • Montmagny secteur Lacaille (15:40): > 5000 oies
  • Entre Montmagny et Cap-St-Ignce: environ 8 000 oies
  • Cap-St-Ignace (13:05): 10 000 oies
  • Islet (12:35): environ 2000 oies et quelques dizaine de Bernaches
  • ROM rivière Trois-Saumons (12:30): 2500 oies

Avec l’arrivée des oies juvéniles, on peut dire que la migration automnale est bien enclenchée. On pourrait s’attendre à des mouvements migratoires significatifs dans la nuit de vendredi à samedi avec le passage d’un petit front froid.

oies cap-st-ignace 4 octobre 2017

Demain matin très tôt, je fais visiter le secteur de St-Vallier. À première vue, la baie à l’ouest de Berthier-sur-Mer semble bien occupée.

à suivre…

Benoit, info@migrationdesoies.ca

La migration s’active!

Bonjour à tous et à toutes,

et oui, les premiers véritables contingents d’oies ont été observés dans la région. J’ai pu observé un champ contenant plus de 5000 oies et il aurait près de 10 000 dans le secteur de l’île aux grues. J’ai pu observer quelques oies juvéniles, mais comme indiqué dans les messages de M. Gauthier, la reproduction ne semble pas à son meilleur en 2017. Pour l’observation ça ne change pas grand chose, mais pour la chasse le pourcentage de jeunes dans la volée influence grandement le succès.

Avant la fin de semaine de l’action de grâce, je vais faire une tournée complète des principaux dortoirs de la région (de St-Vallier à l’Islet). Je publierai mes observations sur ce blog. Je vais tenter de vous tenir informer à raison de deux à trois messages par semaine jusqu’à la fin de la migration.

Cette fin de semaine dans la région de Montmagny, c’est le festival de l’oie blanche ainsi que les weekend d’automne. C’est donc le bon moment pour venir faire votre tour dans notre belle région et participer à ces activités.

N’hésitez pas à me faire parvenir vos observations.

à bientôt,

Benoit

Les premières!

Bonjour à tous et à toutes,

et oui, j’ai eu la chance ou la malchance diront ceux qui n’aiment pas l’hiver d’observer mes premières oies. Vendredi dernier, j’ai observé près de 1000 oies dans le secteur de l’isle-aux-grues. C’est toujours agréable d’entendre leur cri si caractéristique. Il est également intéressant de constater qu’à chaque année, les premières oies fréquentent les mêmes secteurs de l’île.

Les premières volées d’oies à arriver dans la vallée du St-Laurent sont généralement composées d’oies adultes. Comme ces oies ne sont pas retardées par leur couvée (prédation, vieillesse, etc…), elles devancent leur mue. Ce comportement leur permet de migrer plus hâtivement et de profiter des premières conditions favorables à la migration. Les juvéniles nés cet été arriveront au début du mois d’octobre.

Il nous reste encore quelques semaines à patienter avant d’observer de bons rassemblements d’oies. En attendant, la migration de certaines espèces est déjà bien avancée. Il est donc possible de faire d’agréables rencontres.

à bientôt,

Benoit

Nidification des oies 2017-4

Salut à tous et à toutes,

voici le dernier message de M. Gilles Gauthier concernant la reproduction des oies à l’île Bylot en 2017:

Bonjour,

La saison de terrain 2017 est maintenant terminée à la station de l’Île Bylot. La dernière activité importante de la saison, le baguage des grandes oies des neiges, a eu lieu du 5 au 14 août. Côté météo, nous avons eu des conditions moyennes avec un mélange de journées ensoleillées et de journées pluvieuses, ce qui a perturbé nos activités certaines journées. Au final, notre équipe a capturé 10 groupes ce qui a permis de baguer 3216 oies, dont 480 femelles adultes avec des colliers, et 101 oisons marqués avec des web-tags à l’éclosion ont été recapturés. Il s’agit d’un assez bon résultat compte tenu des conditions météo et de la petite taille des groupes d’oies cette année.

IMG_3360

Le rapport jeunes:adultes dans nos captures était de 0.880 (chiffre préliminaire), une valeur assez faible et sous la moyenne à long-terme. Ce chiffre n’est toutefois pas étonnant et est en accord avec les observations que nous avions réalisées durant la nidification. En effet, la densité de nids dans la colonie et surtout la taille de ponte dans les nids étaient assez faibles cette année à cause de la fonte de neige tardive. De plus,  la prédation sur les nids a été assez élevé avec l’absence de lemmings. Ce rapport jeunes:adultes permet de prédire un pourcentage de jeunes pour cet automne autour de 15%, soit une valeur plus basse que la moyenne à long-terme (22%) mais comparable à l’année passée (17%).

Bref, il faut s’attendre à une production de jeune encore mitigée pour cet automne.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

à bientôt,

Benoit

Nidification des oies 2017-3

Bonjour à tous et à toutes,

et oui, l’automne est vraiment à nos portes 😉 Voici le 3ème message de M. Gauthier concernant la nidification des oies en 2017:

Bonjour,

Voici une mise-à-jour de la nidification de l’oie des neiges à l’Île Bylot.

La météo a été généralement bonne durant toute la nidification des oies jusqu’à la fin des éclosions avec du temps ensoleillé et peu de précipitations. Néanmoins, les températures sont jusqu’à maintenant un peu sous les normales.  L’éclosion des jeunes est terminée et notre équipe a pu marquer environ 2000 jeunes au nid, ce qui est excellent compte tenu que la densité de nids dans la colonies est faible cette année. En effet, comme j’ai indiqué dans mes précédents messages, la forte accumulation de neige en début de saison et la fonte très tardive a empêché certains oiseaux de nicher. Ceux qui l’ont fait ont utilisé des endroits différents qu’à l’habitude pour nicher, soit les premiers endroits qui ont été dégagés de neige en milieu mésique au détriment des milieux humides habituellement préférés. Même si les dates de ponte étaient presque normales (pic de début de ponte le 12 juin, soit la date moyenne à long terme),  la taille de ponte était réduite (3.4 œufs par nid comparé à 3.7 en moyenne).

Les populations de lemmings, la proie principale des prédateurs d’oies comme les renards, labbes et goélands, se sont effondrées depuis l’été passé et leur abondance est très faible cette année. La conséquence est que ces prédateurs exercent une pression plus forte sur les œufs et les jeunes oies en quête de nourriture. La prédation sur les nids a donc été assez intense avec environ le tiers des nids d’oies détruits à la mi-incubation, ce qui est élevé. L’activité des prédateurs dans la colonie semble toutefois avoir ralenti durant l’éclosion.

Il appert donc que, globalement, les indices de reproduction des oies sont mitigés jusqu’à maintenant à l’île Bylot. Même si la phénologie est normale, la densité des nids et la taille de ponte sont faibles et la prédation sur les nids est élevée. On s’attend donc d’ores et déjà à une production de jeunes sous la normale cet automne, probablement plus faible que l’année passée.

La dernière étape de la saison sera le baguage des oies, qui commencera dans un peu plus de 2 semaines. Je pourrai vous donner des informations sur cette dernière étape de la nidification des oies vers la fin du mois d’août.

Bonne fin d’été!

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

à bientôt,

Benoit

Nidification des oies 2017-2

Bonsoir à tous et à toutes,

voici le 2ème message de M. Gauthier concernant la nidification des oies à l’île Bylot. Les femelles sont présentement en train de couver.  Bonne lecture!

Bonjour,

Voici des dernières nouvelles de la nidification de l’oie des neiges dans l’Arctique.

Tel que précisé dans mon précédent message, nous avons cette année un printemps assez tardif à l’île Bylot. La quantité de neige à l’arrivée de l’équipe à la fin mai était très élevée et la fonte de la neige a procédé lentement avec une météo changeante durant laquelle périodes de soleil et de temps nuageux ont alternées, entrecoupé de quelques chutes de neige! En date d’hier, il y avait encore 50% de couverture de neige dans les secteurs centraux de la colonie at dans certains secteurs, on avait jusqu’à 90% de couverture de neige encore.

Néanmoins, les oies sont arrivées tôt, durant les premiers jours de juin, et en assez grand nombre, ce qui suggère de bonnes conditions durant la migration vers le nord. Malgré ce printemps tardif, la nidification des oies est maintenant bien amorcée et dans le secteur central de la colonie, l’équipe a dénombré près de 190 nids. Curieusement, les dates d’initiation semble presque normale avec un pic vers le 11-12 (moyenne à long-terme de 12 juin). Les oies semblent avoir profité de la moindre petite parcelle dégagée de neige pour construire leur nid! Par contre, le nombre moyen d’oeufs par nid est faible, soit 3.25 selon un échantillon préliminaire (la moyenne est habituellement 3.70 œufs par nid).

L’activité des prédateurs dans la colonie est élevée et environ 25% des nids suivis jusqu’à maintenant ont été détruits alors qu’on n’est pas encore à la mi-incubation. À pareille date l’année dernière, c’était environ 10% seulement des nids qui avaient été détruits par les prédateurs. Ce taux apparemment élevé de prédation est sans aucun doute lié à l’effondrement des populations de lemmings. En effet, après le pic s’abondance de 2014, leur, populations étaient restées à des niveaux intermédiaires au cours des 2 dernières années. Toutefois, nos premières sessions de trappage de ces petits rongeurs indiquent une quasi-absence. En absence de lemmings, la proie préférées des renards, on s’attend à ce que ceux-ci se rabattent sur les nids d’oies.

En résumé, les conditions de reproduction des oies à l’Île Bylot sont jusqu’à maintenant au mieux moyennes. En dépit de dates de ponte normales, le printemps plutôt froid et tardif, la faible taille de ponte et un taux de prédation élevé des nids laissent entrevoir une production de jeunes sous la moyenne encore cette année.

Je quitte lundi pour rejoindre l’équipe sur les terrain, donc mon prochain message sur les conditions de reproduction des oies ira à la fin juillet.

À bientôt,

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques