Dernier bilan sur la reproduction des oies 2016!

Bonjour à tous et à toutes,

vous l’attendiez tous depuis maintenant quelques semaines, la fameuse prédiction de M. Gauthier sur le % de jeunes dans la volée de grande oie des neiges est maintenant sortie. Pour ceux qui ne réussissent de beaux tableaux de chasses à l’oie seulement lorsqu’il y a beaucoup de jeunes seront peut-être déçus en lisant ce message… Par contre, pour les autres qui chassent la grande oie des neiges pour le défis qu’elle représente, ce message les rassurera en se disant qu’ils ont déjà vu pire 😉

en terminant, je vous souhaite un bel automne rempli de beaux souvenirs dans le respect du gibier et des autre utilisateurs.

bonne lecture,

Benoit

Voici le texte intégral de M. Gauthier:

Bonjour,

La saison de terrain 2016 est maintenant terminée à la station de l’Île Bylot. La dernière activité importante de la saison, le baguage des grandes oies des neiges, a eu lieu du 5 au 14 août. Le beau temps qui a prévalu une bonne partie de l’été à l’île Bylot s’est poursuivi au mois d’août et le baguage a pu se faire dans d’excellentes conditions avec du temps ensoleillé, chaud et sec à tous les jours. Les groupes d’oies étaient assez nombreux mais de petite taille cette année. Au final, notre équipe a capturé 17 groupes ce qui a permis de baguer 4357 oies, dont 678 femelles adultes avec des colliers, et 82 oisons marqués avec des web-tags à l’éclosion ont été recapturés. Il s’agit d’un excellent résultat.

Le rapport jeunes:adultes dans nos captures était de 0.913 (chiffre préliminaire), une valeur plutôt faible et sous la moyenne à long-terme. Ce chiffre n’est toutefois pas étonnant et en accord avec les observations que nous avions réalisées durant la nidification. En effet, la densité de nids dans la colonie et surtout la taille de ponte dans les nids étaient assez faibles cette année, vraisemblablement dû à la fonte de la neige qui a été retardée suite à la très forte accumulation de neige présente à la fin de l’hiver. De plus, la prédation sur les nids a été modéré. Ce rapport jeunes:adultes permet de prédire un pourcentage de jeunes pour cet automne autour de 16%, soit une valeur plus basse que la moyenne à long-terme (22%) mais comparable à l’année passée (14%).

Contrairement à l’été dernier, les conditions climatiques observées à l’Île Bylot cet été semblent assez représentatives de ce qui a prévalu dans l’est de l’Arctique canadien. D’autres sites pourraient même avoir eu des conditions encore plus favorables que celles qui ont prévalues à l’Île Bylot. Par exemple, au sud de la Terre de Baffin, des biologistes du service canadien de la faune ont rapportés d’assez bonnes conditions de nidification pour la petite oie des neiges (population du centre du pays) et d’excellentes conditions pour pour la bernache cravant (population de l’Atlantique).

Bon automne,

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

Reproduction des oies 2016 bilan no3

Bonjour à tous et à toutes,

Selon M. Gauthier, les différents facteurs qui influencent la reproduction des oies ne vont pas tous dans la même direction. Pour le moment, on peut s’attendre à une année moyenne ce qui permettra aux chasseurs de bien tirer leur épingle du jeu.

Voici son message en entier:

Bonjour,

Voici une mise-à-jour de la nidification de l’oie des neiges à l’Île Bylot.

La météo a été généralement bonne durant toute la nidification des oies jusqu’à la fin des éclosions. L’éclosion des jeunes est maintenant terminée et notre équipe a pu marquer plus de 2200 jeunes au nid, ce qui est excellent compte tenu que la densité de nids dans la colonies est plus faible cette année. En effet, comme j’ai indiqué dans mon précédent message, la forte accumulation de neige en début de saison a forcé les oies à se disperser davantage afin d’utiliser les premiers endroits dégagés de neige pour nicher. Dans notre zone de suivi intensif, les dates de ponte étaient presque normales (pic de début de ponte le 13 juin; moyenne à long terme 12 juin) mais il semble que d’autres secteurs de la colonie étaient plus tardifs. La taille de ponte était aussi assez basse (3.3 œufs comparé à 3.7 en moyenne), ce qui est typique des années de fort enneigement et de nidification tardive.

L’abondance des lemmings en début de saison, la proie principale des prédateurs d’oies, était variable selon les secteurs. Les lemmings ont diminué dans certains secteurs suite aux fortes abondances des 2 dernières années mais apparemment pas dans d’autres. On note toutefois une forte reproduction des renards avec beaucoup de tanières actives. La prédation par les renards sur les nids était assez intense pendant la ponte mais moins durant l’incubation. À la mi incubation, 80% des nids recensés à la ponte étaient encore actifs comparé à 84% l’année dernière.

Il appert donc que, globalement, les indices de reproduction des oies sont mitigés jusqu’à maintenant à l’île Bylot. Même si la phénologie est près de la normale et la prédation globalement modérée, la densité de nids dans la colonie et la taille de ponte sont réduits cette années. On pourrait donc s’attendre à une production de jeunes un peu sous la normale cet automne, peut-être comparable à celle de l’année passée.

La dernière étape de la saison sera le baguage des oies, qui commencera dans un peu plus de 2 semaines. Je pourrai vous donner des informations sur cette dernière étape de la nidification des oies vers la fin du mois d’août.

Bonne fin d’été!

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

à bientôt,

Benoit

Reproduction des oies 2016 bilan no2

Bonjour à tous et à toutes,

voici le deuxième bilan de M. Gilles Gauthier professeur et chercheur à l’Univerité Laval. Message envoyé le 20-juin. Comme on peut le constater, le reproduction semble être ordinaire cette année…

 

Bonjour,

Voici des nouvelles de la nidification de l’oie des neiges dans l’Arctique.

Tel que précisé dans mon précédent message, l’accumulation de neige à l’île Bylot ce printemps était très élevée et même si la température a été assez clémente avec beaucoup de soleil au cours des 2 dernières semaines, la fonte de la neige accuse un retard d’environ 1 semaine sur la normale. Ceci a donc affecté le début de la reproduction des oies.

La nidification est maintenant bien amorcée et dans la zone de recherche intensive au centre de la colonie, 122 nids ont été recensés (comparé à 203 nids l’année dernière sur la même superficie). Quelques nids tardifs devraient encore s’ajouter et certains individus semblent s’être déplacés vers des zones moins prisées pour nicher normalement, comme des crêtes exposées au vent et dégagées de neige assez tôt. Néanmoins, ces premiers chiffres laissent présager un effort de reproduction plus faible que l’année passée à l’échelle de la population. Le pic de ponte est 2 à 3 jours plus tard que la normale et le nombre d’œufs par nid (3.35) est nettement sous la normale (3.70). Toutefois, ces chiffres sont préliminaires et basés sur un sous-échantillon des nids suivis seulement.

L’activité des prédateurs dans la colonie est assez élevée et plusieurs nids recensés ont déjà été détruits. Les premiers trappage de lemmings suggèrent un déclin prononcé de ceux-ci comparé à 2014 et 2015, 2 années de fortes abondance. Quand les populations de lemmings chutent, les prédateurs comme les renards ont tendance à se rabattre sur les oies et leurs œufs comme proie alternative, ce qui augmente les taux de prédation des nids.

En résumé, les conditions de reproduction des oies à l’Île Bylot sont jusqu’à maintenant plutôt moyennes. Il est encore très tôt pour faire une prévision sur la production de jeunes à l’automne mais sur la base de ces premières informations, il est possible que cette production soit sous la moyenne à long-terme cette année.

Je quitte samedi prochain pour rejoindre l’équipe sur les terrain, donc mon prochain message sur les conditions de reproduction des oies ira à la fin juillet.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques
Pavillon Vachon

à bientôt,

Benoit, info@migrationdesoies.ca

reproduction des oies 2016 bilan no1

Bonjour à tous et à toutes,

M. Gilles Gauthier professeur et chercheur à l’Université Laval envoie quelques fois dans l’été (normalement 4) un bilan de l’état de la situation des oies dans l’Arctique Canadien. C’est donc l’état d’avancement de la reproduction qu’il présente dans ses messages ainsi que les conditions climatiques et biophysiques présentent en 2016 sur les lieux de nidification.

Voici son premier message envoyé le 13-juin-2016:

Bonjour,

Encore cette année, voici de retour les messages vous informant du déroulement de la saison de nidification des oies des neiges à l’Île Bylot. Notre équipe est arrivée au camp avec plusieurs jours de retard à cause de la mauvais météo qui a perduré durant les premiers jours de juin, empêchant l’arrivé de l’hélicoptère. J’ai eu mes premiers rapports dans les derniers jours.

La quantité de neige au sol était très élevée à l’arrivée de l’équipe, probablement le plus élevé depuis les 10 dernières années. L’hiver à Bylot a été un peu à l’image de notre hiver dans le sud du Québec avec très peu de neige durant une bonne partie de l’hiver mais de fortes accumulations en fin d’hiver. La fonte a commencé un peu en retard avec le temps gris, sans soleil, et frais qui prévalu à la fin mai et le début juin. En date du 5 juin, la couverture de neige dans notre vallée principale était évaluées à 90% comparé à 50% l’an passé et à une moyenne à long-terme de 60% à pareille date. Toutefois, le soleil est au rendez-vous depuis une semaine et la fonte de la neige progresse mais ne permettra pas de récupérer le retard.

Les oies sont arrivées au site mais avec un peu de retard. Habituellement, le pic des arrivées se fait dans les premiers jours de juin mais ce n’est qu’en fin de semaine dernière que le nombre a vraiment commencé à augmenter, soit environ avec une semaine de retard. Il est donc vraisemblable que la nidification des oies soit retardée cette année.

Voici pour les premières observations. D’autres devraient suivre dans les prochains jours.

Gilles Gauthier
Département de biologie & Centre d’études nordiques

à bientôt,

Benoit

Silence on chasse!

Bonjour à tous et à toutes,

premièrement, je suis désolé de ne pas avoir pu écrire plus fréquemment depuis la parution de mon dernier message. La saison de chasse printanière à l’oie bat son plein dans le secteur rivière à Lacaille. La gestion de ce site de chasse demande beaucoup de temps à des heures irrégulières… Par contre, l’argent amassé grâce aux frais d’accès défrayé par les chasseurs permettront à ce site de survivre et d’être actif lors du passage des oies à l’automne 2016.

Le nombre d’oies dans la région est intéressant. Il doit y avoir près de 20 000 oies dans le secteur de Montmagny. Quelques milliers d’entre elles s’alimentent autour des étangs d’épuration permettant à l’observateur de les voir de près. Les températures froides que nous avons connu pendant la dernière semaine d’avril ont ralenti la croissance des plantes. Ces conditions ont ralenti la progression des oies et des autres migrateurs vers notre région.

Les dix prochains jours seront fort probablement très actifs. De forts passages d’oies sont à prévoir. Je vais essayer de vous renseigner de mon mieux d’ici la fin de la migration.

à bientôt,

Benoit

Beaucoup d’oies à Montmagny!

Bonjour à tous et à toutes,

de bons mouvements migratoires ont eu lieu depuis la publication de mon dernier message. Des arrivages réguliers d’oies se posaient à Montmagny à tous les jours. Par contre, la journée de dimanche aura été la plus prolifique. Des groupes d’oies allant de 500 à 2000 oies arrivaient constamment dans la capitale de l’oie blanche.

Ce matin vers 5:00 en arrivant dans le secteur de rivière à Lacaille, on entendait très bien le troupeau d’oies présent au fleuve. C’était comme un grondement. Quand on entend les oies à plus de 2 km, c’est qu’il y en a une bonne quantité. Le nombre d’oies dans le secteur de Montmagny a assurément doublé passant d’une vingtaine de mille à plus de 40 000!

Avis aux observateurs d’oies: Depuis quelques jours, plusieurs milliers d’oies s’alimentent dans la culture attrayante spécialement aménagé pour elles. Il est possible d’observer les oies de près et de réaliser d’excellentes photos. Ce champ est situé derrière l’école Louis-Jacques Casault. De plus, une quantité et une diversité intéressante de canards se rassemblent dans les étangs aménagés en collaboration avec la Fondation de la Faune du Québec.

Voici quelques nouvelles espèces:

  • Cormorants à aigrettes
  • Canard d’Amérique
  • Crécerelle d’amérique
  • Hirondelle bicolore

Fort probable que plusieurs autres espèces sont arrivées. Je n’ai juste pas encore eu le temps de les croiser… Dans les prochains jours, je vais effectuer une tournée complète de la région afin de voir combien d’oies s’y trouvent.

à bientôt,

Benoit, bgendreau@montmagny.com

Vents favorables et chaleur!

Bonjour à tous et à toutes,

est-ce que la petit bordée de neige de lundi était la dernière de l’année? J’aime mieux ne pas répondre à cette question… Une chose est certaine, immédiatement après la fin des précipitations, les vents ont tourné au sud-ouest :-) Ces vents, pas très chaud pour la période, ont entrainé avec eux de nombreux voiliers d’oies.

Depuis midi hier, une quantité intéressante d’oies est passée au-dessus de Montmagny. Une bonne partie d’entre elles (environ 75%) tournoyait dans le secteur de pointe à Lacaille pour se poser sur la batture. Ce spectacle est magnifique. Voir des milliers d’oies apparaître très haut dans le ciel et ce laisser descendre pour se poser sur la batture. Les oies semblaient se laisser portées par le vent. On aurait dit qu’elles migraient sans effort! Les champs sont de plus en plus disponibles pour les oies, mais le couvert de neige est encore important!

La première vraie poussée printanière est à nos portes. Il est fort possible que de nouvelles oies s’ajoutent à celles déjà présentes dans la région. Autres espèces intéressantes observé ces derniers jours:

  1. Harfang des neiges
  2. Buse pattue
  3. Faucon pèlerin
  4. Le nombre et la diversité de canards sont en augmentation

Profiter de la prochaine fin de semaine pour venir observer les oies dans la région. Pour plus de détails sur les sites d’observation, n’hésitez pas à me contacter. bgendreau@montmagny.com

à bientôt,

Benoit

Premier mouvement d’oies à Montmagny!

Bonsoir,

depuis quelques jours, je prépare le début de la saison de chasse printanière à pointe à Lacaille à Montmagny. Je passe donc une bonne partie de mes journées à l’extérieur à proximité du fleuve. Hier, à peine quelques voiliers d’oies totalisant environ 150 oies ont été observés tout au long de la journée. Beau paysage!

_20160405_8

Aujourd’hui, la migration des oies étaient beaucoup plus active qu’hier malgré les températures froides en début de journée. Tôt ce matin, juste en préparant mon matériel de travail, j’ai eu la chance d’observer plusieurs voiliers en déplacement vers l’est au dessus de Berthier-sur-Mer. J’ai passé le reste de la journée à pointe à Lacaille. Près de 10 000 oies se sont posées sur les battures de Montmagny. Les voiliers se succédaient à intervalle régulier. Elles ont profité des vents favorables de faible intensité pour atteindre notre région. C’est souvent le cas juste avant une dépression majeure. Les oiseaux vont en profiter pour se déplacer avant d’être cloué au sol quelques jours le temps que ça passe!

Bien hâte de voir ce qu’il va se passer dans les prochains jours!

à bientôt,

Benoit

Comportements intéressants!

Bonjour à tous et à toutes,

la migration s’est activée depuis les 24 dernières heures. La page facebook de l’observatoire des oiseaux de Tadoussac mentionnait qu’une migration nocturne de bonne intensité avait lieu la nuit dernière sur la côte est Américaine. Afin de vous aider à bien comprendre, les radars météos permettent de capter le mouvement nocturne des oiseaux lorsque la couverture nuageuse est faible.

Sur la photo que je vous présente ici (source: OOT), on voit bien le système dépressionnaire sur le centre-est des États-Unis qui nous affecte aujourd’hui. Si on regarde bien les radars à l’est de ce système, on note bien la présence de points bleus en cercles concentriques qui représentent des objets en déplacement de faible réflectivité. Plus précisément, c’est des oiseaux en migration nocturne que l’on voit.

Radar_nuit_30-31-mars

Pour confirmer que ce mouvement nocturne à atteint notre région, ce matin, j’ai noté la présence de bruants chanteurs (ils étaient partout comparativement à hier ou il y en avait un ici et là) et de pluviers kildir. Il est probable que de nouvelles espèces se soient pointées le bout du bec dans le sud de la province. Ce mouvement migratoire était principalement composée de migrateurs tempérés.

Si on revient à nos oies, on peut dire que la saison est débutée. Ce matin en me rendant au bureau, j’ai pu observer quelques milliers d’oies volant au dessus de la ville de Montmagny. Depuis quelques jours, j’ai noté un comportement intéressant de la part des bernaches et des oies. À chaque marée haute, elles se déplacent beaucoup dans tous les sens afin de trouver de la nourriture dans les champs qui sont encore recouvert de neige à près de 90%. En espérant que ce manque de nourriture temporaire ne les obligent pas à retourner vers l’ouest….

Tout ce que l’on peut souhaiter c’est que la vague de froid qui s’en vient ne s’éternise pas trop et que le printemps reprenne vite sa place!

à bientôt

Benoit, bgendreau@montmagny.com

De beaux mouvements à prévoir!

Bon début de semaine à tous et à toutes,

l’hiver s’accroche sur notre région! Elle va même revenir en force en début de semaine prochaine… Avant de trop déprimer en regardant les températures annoncées pour le début de la semaine prochaine, on peut s’encourager avec ce qui s’en vient cette semaine. Des maximums pouvant atteindre les 10 degrés accompagnées par des vents du sud-ouest! On peut donc s’attendre à de bons mouvements migratoires dans les prochains jours. Les premiers vrais rassemblements d’oies devraient être observés jeudi et vendredi!

Pour le moment, les champs sont encore entièrement recouverts de neige… Les bernaches et les oies fraîchement arrivées dans notre région devront s’alimenter en bordure du fleuve pendant encore quelques jours avant que les champs se dégagent. Hier, dans les champs de Berthier-sur-Mer, il y avait plus de 200 bernaches concentrées principalement sur les quelques secteurs dépourvus de neige (<5%). De plus, j’ai observé mon premier bruant chanteur et plus de 200 oies en migration. Dimanche soir, alors que j’étais à l’île d’Orléans pour pâques, j’ai entendu un pluvier kildir. Les migrateurs tempérés sont à nos portes.

La semaine dernière, les gestionnaires de middle creek area spécifiaient sur leur site que la migration de la sauvagine (bernaches, cygnes, oies et canards) étaient principalement terminée dans leur secteur pour le printemps 2016! C’est un signe qu’ils sont en route vers nos régions!

Voici quelques liens intéressants pour suivre la migration des oiseaux:

  1. Décomptes d’oies à Baie-du-Febvre
  2. Mentions d’oies sur Ebird
  3. Couvert de neige dans le nord est de l’Amérique du Nord
  4. Blog des migrations de l’Observatoire des Oiseaux de Tadoussac

On s’encourage parce qu’a pareil date l’an dernier, il n’y avait presque pas d’oies d’arrivées au Québec. Par contre, la vague de froid annoncée pour le début de la semaine prochaine m’inquiète… J’espère que les météorologues se trompent et que finalement il fera un peu plus chaud!

à bientôt,

Benoit, bgendreau@montmagny.com